CONTEXTE

Prochaines sessions 2019-2020

Dazibao 2019 :
Dazibao IT :
– 9-22 septembre 2019
Dazibao social :
– 17-28 juin
– 30 septembre au 11 octobre 2019
Dazibao mixte : 
– 2-20 décembre 2019
Dazibao 2020 :
Dazibao IT : 
6 au 17 janvier 2020
13 au 24 avril 2020
7 au 18 septembre 2020
Dazibao social :
20 au 31 janvier 2020
9 au 22 mars 2020
5 au 16 octobre 2020
7 au 18 décembre 2020

 

Le Monde des Possibles inscrit son action dans une lutte pour que chacun/e puisse assurer sa sécurité d’existence.  Nous soutenons des projets qui répondent à des besoins identifiés par les personnes qui fréquentent l’association (demandeurs d’asiles, sans-papier, réfugiés, sans-abris, sans-emploi, etc.).  Convaincus que la mobilité a toujours existé, nous défendons une politique migratoire qui accueille les migrants à la hauteur des principes démocratiques.

C’est dans ce sens que le Monde des Possibles réalise depuis 2001 des actions communes entre personnes qui ne se seraient pas spontanément rencontrées. En effet, convaincue de la compréhension interculturelle et de la solidarité que peuvent faire émerger les actions collectives, les échanges de savoirs, l’analyse critique ainsi qu’une conscientisation sur les réalités vécues, notre association tente de favoriser la co-création d’action de ses stagiaires dans la vie sociale, culturelle et politique de Liège.

D’une façon plus globale, nous travaillons également à dénoncer les politiques migratoires qui développent l’insécurité d’existence, empêchent l’exercice du droit d’asile, assimilent les flux migratoires à un danger pour les nationaux. Une attention particulière est portée sur les centres fermés, les répressions et morts aux frontières (Lampedusa, Frontex..), le déni du droit à la défense de nombreux/ses travailleurs/euses migrant(e)s.

Le Dazibao, à cet égard, s’accorde également sur cette linéarité que partagent les actions du Monde des Possibles : ce véritable vivier d’expériences partagées traduit une identité de groupe à travers laquelle les demandeurs d’asile s’éduquent ensemble par l’intermédiaire du monde tel qu’ils le connaissent, tel qu’ils l’abordent selon les réalités dont ils sont les premiers à en subir les conséquences (radicalisation de la politique d’asile, démotivation, angoisse persistante, ultra individualisation, etc.).

Cette co-construction collective s’apparente à un processus qui cristallise l’ensemble des pratiques, usages et pouvoirs des réalités sociales liées à leur parcours migratoire. A travers l’écriture d’une chanson, un récit de vie ou encore l’expression d’une simple opinion, les témoignages donnent du sens à leur existence et permettent cette conscientisation, cette lecture de leurs réalités pour et par les autres. Celles-ci ne sont donc plus subies mais détournées, agissant en contre-pouvoir sur le pouvoir lui-même.  Nous essayons de favoriser la compréhension de la société belge qui leur est inconnue; ce qu’ils en savent est souvent le reflet d’une publicité mensongère. Enfin, le Dazibao est aussi l’occasion d’encourager les stagiaires à montrer ce qu’ils ont à apporter à la société civile, notamment grâce à leurs ambitions, projets, capacités d’interpellation, etc.

À ce propos, citons également le collectif « Les Sans Ciel », fondé et constamment renouvelé par les membres du Dazibao, anciens et actuels. Implanté au Monde des Possibles, son objectif reste dans la continuité du fil rouge Education Permanente : ses membres constituent un agencement rhizomique en évolution permanente (Deleuze, 1980) et y travaillent pour créer une conscience collective, un mouvement solidaire à l’égard des sans-papiers et demandeurs d’asiles. Basé sur une collaboration réciproque en termes de savoirs et de services rendus au groupe (en réponse aux besoins quotidiens en matière de logement, de santé, d’emploi, etc.), il s’agit d’une réelle alliance des apports interculturels de chacun, toujours dans un esprit subversif et conscientisant.

Publicités